Découvrir les arbres remarquables

Grâce aux signalements validés, vous allez pouvoir retrouver les arbres remarquables de l'Aisne. Cet inventaire n'est cependant pas forcément exhaustif ; des arbres meurent, des arbres nouveaux apparaissent, qu'il conviendra d'ajouter. N'hésitez pas à SIGNALER vos coups de cœur !
map

Ginkgo bilobé VILLERS-COTTERÊTS

Ginkgo bilobé

Agé d'environ 180 ans, il était situé dans l'ancienne propriété de la famille Dreyfus. Aujourd'hui, il est au milieu de la chaussée. Un petit panneau à son pied reprend l’histoire de cette essence, aussi appelée « arbre aux quarante écus ».

Séquoia géant VIELS-MAISONS

Séquoia géant

Au chevet d'une vieille église, entourée d'un parc du XVIIe siècle et d'un château du début du XIXe siècle, une succession de jardins dessinés par la paysagiste Sonja Gauron : un jardin de curé, de roses et de plantes officinales, un jardin anglais, camaïeu de couleurs, puis un jardin blanc, un jardin romantique, un jardin d'eau, un jardin sauvage des hydrangeas, des rhododendrons et un cadran solaire analemmatique.

Séquoia géant VIELS-MAISONS

Séquoia géant

Au chevet d'une vieille église, entourée d'un parc du XVIIe siècle et d'un château du début du XIXe siècle, une succession de jardins dessinés par la paysagiste Sonja Gauron : un jardin de curé, de roses et de plantes officinales, un jardin anglais, camaïeu de couleurs, puis un jardin blanc, un jardin romantique, un jardin d'eau, un jardin sauvage des hydrangeas, des rhododendrons et un cadran solaire analemmatique.

Bouquet de sept ifs VIELS-MAISONS

Bouquet de sept ifs

Au chevet d'une vieille église, entourée d'un parc du XVIIe siècle et d'un château du début du XIXe siècle, une succession de jardins dessinés par la paysagiste Sonja Gauron : un jardin de curé, de roses et de plantes officinales, un jardin anglais, camaïeu de couleurs, puis un jardin blanc, un jardin romantique, un jardin d'eau, un jardin sauvage des hydrangeas, des rhododendrons et un cadran solaire analemmatique. Les ifs forment une demi-lune, l’ensemble est appelé « la ronde des fées ».

Poirier commun LUCY-LE-BOCAGE

Poirier commun

Il daterait de 1850, se situant à quelques mètres de la route menant au bois Belleau, il domine toute la plaine Orxoise. Ce poirier a été épargné de la contre-offensive des alliés à Château-Thierry en juin 1918. Il a servi de point stratégique à l'Etat-Major allemand durant la 2ème Guerre Mondiale, notamment en tant qu'observatoire anti-aérien. Ce poirier apparaît comme un témoin vivant des deux guerres du XXème siècle, qui ont ravagées la région. Un panneau à son pied reprend ces phrases : « Poirier du 19ème siècle. Il servit de cimetière provisoire américain en 1918. En 39-40 les allemands en firent un observatoire aérien. »

Ginkgo bilobé CHIERRY

Ginkgo bilobé

Ces ginkgo datent de l'époque du parc, ils ont environ 170 ans.

Châtaignier (dénommé « Châtaignier de Malva ») VILLERS-COTTERÊTS

Châtaignier (dénommé « Châtaignier de Malva »)

Il aurait environ 200 ans. Il doit son nom à l'étang de Malva près duquel il a été planté. Ce nom est dû à la présence de nombreuses mauves (Malva sylvestris) que récoltaient les ermites de Saint Hubert.

Hêtre (dénommé « Hêtre des Amis de la Forêt de Retz ») PUISEUX-EN-RETZ

Hêtre (dénommé « Hêtre des Amis de la Forêt de Retz »)

Il a été baptisé en 1996 pour le 20ème anniversaire de l'Association "Les Amis de la Forêt de Retz", il aurait environ 180 ans.

Chêne pédonculé (dénommé « Chêne de la Fontaine des Gardes ») LARGNY-SUR-AUTOMNE

Chêne pédonculé (dénommé « Chêne de la Fontaine des Gardes »)

Ce chêne, d'environ 350 ans, est déjà présent dans l'inventaire des arbres remarquables réalisé en 1907 par les ingénieurs des Eaux et Forêts. Il doit son nom à la fontaine des Gardes près de laquelle il se trouve ; il se situe également à peu de distance de la Pierre-Clouise, célèbre monolithe gréseux.

Chêne rouvre (dénommé « Chêne Géneau ») PIERREMANDE

Chêne rouvre (dénommé « Chêne Géneau »)

Il a été planté vers 1746, c'est le seul arbre du département classé remarquable au niveau national par l'ONF. Le terme de Géneau vient du nom que l'on donnait à une certaine époque aux forestiers inspecteurs généraux. Depuis la D937, un fléchage guide le visiteur vers une aire d'accueil aménagée. Au pied du chêne un panneau rappelle ses principales caractéristiques.

Chêne rouvre (dénommé « Chêne du Père Augustin ») FOLEMBRAY

Chêne rouvre (dénommé « Chêne du Père Augustin »)

Il a malheureusement été foudroyé plusieurs fois.

Frêne commun BERNOT

Platane commun CONDE-EN-BRIE

Platane commun

Le château de Condé a été construit par le Cardinal de Bourbon au XIIème siècle, puis remanié au XVIème et XVIIème siècle. L'alignement de platanes, qui daterait de 1720, était déjà représenté sur un plan du XVIIIème siècle. Ils ont été plantés pour résorber l'eau, ils remplacent ainsi des chênes plantés par le Cardinal de Bourbon. Le château possède une grande richesse intérieure, due en partie au grand salon et aux peintures réalisées par Servandoni au XVIIIème siècle.

Hêtre pourpre ROYAUCOURT-ET-CHAILVET

Hêtre pourpre

Lors de l’inventaire de 2000-2002, le bouquet comptait 5 hêtres pourpres. Il n’en reste plus que 3 suite à une tempête.

Thuya géant ROYAUCOURT-ET-CHAILVET

Thuya géant

Il est accolé à un séquoia.

Chêne (dénommé « Les Gros Chênes » : Le « Chêne Henri » et le « Chêne François ») LE NOUVION-EN-THIERACHE

Chêne (dénommé « Les Gros Chênes » : Le « Chêne Henri » et le « Chêne François »)

Ces deux chênes historiques se trouvent dans la Forêt du Nouvion, route de la Croix des Veneurs, ils sont à peu de distance l'un de l'autre. Au début du XIXème siècle, ils étaient déjà très impressionnants. Ils ont tous les deux étés classés parmi les sites et monuments naturels de caractère artistique par Arrêté du ministère des Beaux-Arts le 5 octobre 1925. Le "Chêne François" aurait été planté en 1519 à la naissance du Duc François de Guise, qui défendit Metz et reprit Calais (il est mort en 1563). Le "Chêne Henri" aurait été planté en 1550 à la naissance de Henri de Guise (fils de François), qui fut assassiné à Blois en 1588.

Ginkgo bilobé SEPTMONTS

Ginkgo bilobé

C'est un arbre femelle. Le Château édifié par les équipes royales de Charles V, est dans le style des Châteaux Princiers du XIVème siècle. Aménagé dans le parc du château en 1998, l'arboretum comprend cinq zones plantées d'origine géographique très différente (érable, magnolia, savonnier, hêtre pourpre, marronnier...). Des plaques ont été installées avec le nom scientifique de l'espèce et sa provenance (et pour les arbres les plus récents leur date de plantation). Les arbres inventoriés ont certainement été plantés vers 1860, quand le logis (du XVIème siècle) a été racheté par un peintre.

Marronnier commun SAINT-CHRISTOPHE-A-BERRY

Marronnier commun

Il aurait environ 350 ans, il se trouve juste à côté de l’église.

Hêtre pleureur VIC-SUR-AISNE

Tilleul à grandes feuilles VIC-SUR-AISNE

Tilleul à grandes feuilles

Le tronc est creux et il se divise en trois parties. Le parc du château de Vic est attribué au paysagiste M. Le Nôtre, il regroupe plusieurs essences d'arbres.

Marronnier commun VIC-SUR-AISNE

Marronnier commun

C'est un arbre à cinq têtes. Le parc du château de Vic est attribué au paysagiste M. Le Nôtre, il regroupe plusieurs essences d'arbres.

Poirier commun ROZOY-BELLEVALLE

Poirier commun

Il daterait de la construction de la ferme avoisinante en 1781 (lieu-dit les Maisons Maquet).

Chêne pédonculé (dénommé « Chêne d’Artois ») BEUVARDES

Chêne pédonculé (dénommé « Chêne d’Artois »)

Le Chêne Artois aurait 700 ans, il faisait partie de l'ancien prieuré de Coincy. (Cf. article de l'Union du 23/07/95)

Chêne ROZOY-BELLEVALLE

Chêne

Il serait âgé de 400 ans, mais il a malheureusement souffert dela tempête de décembre 1999, qui a arraché une de ses plus grosses branches. A son pied, un petit panneau ludique a été installé ; les caractéristiques de l'arbre y sont notamment reprises. Ce chêne aurait vu les troupes napoléoniennes qui refluaient après la bataille de Montmirail pour aller vers Montfaucon. Les blessés, laissés sur place, furent achevés par les femmes violées sur Fontenelle-en-Brie.

Cèdre du Liban MONTFAUCON

Cèdre du Liban

Ce Cèdre se situe en bordure de la D1 ou "route de Brunehaut". Vers l'an 500, la reine Brunehaut possédai une métairie à La Couture (commune voisine). Elle avait une rivale le reine Frédégonde, morte vers 70 ans dans un cirque les cheveux attachés à un cheval. Ce cèdre aurait environ 200 ans : il daterait de la famille de Tillancourt (ancien propriétaire). M. de Tillancourt fût maire de Montfaucon ; pendant la bataille de Montmirail, il rassembla 16 volontaires dans le village pour attaquer les Russes. Ils réussirent à capturer 25 russes et leur prendre 32 chariots de victuailles alors que la disette régnait. Aucun volontaire ne fut blessé.

Platane commun (dénommé « Platane de Saint Antoine ») OIGNY-EN-VALOIS

Ginkgo bilobé SOISSONS

Ginkgo bilobé

Agé d'environ 170 ans. Le jardin de la société d'horticulture naît en 1865, le domaine est reconstitué (et remodelé par un architecte paysagiste, Eugène Denis) en 1897 où une large place est donnée aux arbres fruitiers. Le parc a été peu endommagé par la guerre de 1914-1918. Les travaux réalisés en 1968 maintiennent la tradition paysagère du XIXème siècle.

Mûrier noir SOISSONS

Mûrier noir

Il aurait environ 120 ans. Le jardin de la société d'horticulture naît en 1865, le domaine est reconstitué (et remodelé par un architecte paysagiste, Eugène Denis) en 1897 où une large place est donnée aux arbres fruitiers. Le parc a été peu endommagé par la guerre de 1914-1918. Les travaux réalisés en 1968 maintiennent la tradition paysagère du XIXème siècle.

Châtaignier PUISIEUX-ET-CLANLIEU

Cèdre de l’Atlas PUISIEUX-ET-CLANLIEU

Cèdre de l’Atlas

Planté après 1830, il serait le plus beau des 3 ou 4 cèdres plantés en France. Les premiers cèdres de l'Atlas ont été introduits en France au XIXème siècle (1836 et 1839 pour les deux premiers).

Marronnier commun VIGNEUX-HOCQUET

Marronnier commun

C'est un arbre de la Liberté, planté en 1848, en face de l'église fortifiée des XII et XVème siècles.

Tulipiers de Virginie LE NOUVION-EN-THIERACHE

Tulipiers de Virginie

Plantés vers 1850-1860, ils sont le symbole de l'époque glorieuse du château. Ce sont les seuls tulipiers de cet inventaire. Le tulipier de Virginie, originaire de l'Est des Etats-Unis, a été introduit en Europe vers 1630.

Tilleul à grandes feuilles EFFRY

Tilleul à grandes feuilles

Il serait âgé de plus de 300 ans. Le 25 juin, à la Saint-Eloi (patron des fermes et des industries qui s'y rattachent), une procession-cavalcade a lieu (acte de piété collective qui doit avoir une origine religieuse). Avant la révolution, le lendemain de la fête de Saint Jean-Baptiste, il se tenait une foire qui était inaugurée par une procession à laquelle les gens assistaient à cheval. Après la cérémonie, les cavaliers commençaient une course de 1/4 de lieue. Le premier arrivé au but était récompensé d'un jambon orné de fleurs, et le second obtenait une serviette.

Chêne pédonculé (dénommé « Chêne Henri IV ») LANDOUZY-LA-VILLE

Chêne pédonculé (dénommé « Chêne Henri IV »)

Son nom est lié à l'histoire du protestantisme en Thiérache : il existait déjà en 1730. Il se situe au carrefour des chemins menant à quatre villages protestants. (Pour les 400 ans de l'Edit de Nantes donc en 1798, la plantation d'un second chêne avait été envisagée, mais le carrefour serait devenu trop dangereux.

Paulownias GUISE

Paulownias

Ils ont été introduits en France en 1850, ces arbres poussent spontanément en Chine.

Hêtre pleureur GUISE

Hêtre pleureur

Il se trouve dans le jardin d’agrément du Familistère, mais il est antérieur à la création de ce jardin. Il a une forme particulière au niveau du tronc (bourrelet cicatriciel) qui est dû à sa greffe. En effet, à l’origine cet arbre était un hêtre commun sur lequel on a greffé un hêtre pleureur. Le jardinier estime qu’il a entre 150 et 200 ans.

Ginkgo bilobé PROISY

Platane d’Orient SEPTMONTS

Platane d’Orient

Le Château édifié par les équipes royales de Charles V, est dans le style des Châteaux Princiers du XIVème siècle. Aménagé dans le parc du château en 1998, l'arboretum comprend cinq zones plantées d'origine géographique très différente (érable, magnolia, savonnier, hêtre pourpre, marronnier...). Des plaques ont été installées avec le nom scientifique de l'espèce et sa provenance (et pour les arbres les plus récents leur date de plantation). Les arbres inventoriés ont certainement été plantés vers 1860, quand le logis (du XVIème siècle) a été racheté par un peintre.

Chêne rouvre (dénommé « Chêne de l’Europe ») SAINT-GOBAIN

Chêne rouvre (dénommé « Chêne de l’Europe »)

Ce chêne âgé d'environ 230 à 250 ans, a été baptisé le 25 mars 1990. A son pied, un panneau rappelle ses principales caractéristiques.

Chêne (dénommé « Chêne Leriche ») BUCY-LES-CERNY

Pin noir BOURGUIGNON-SOUS-MONTBAVIN

Pin noir

Il se trouve en bordure de propriété et il a d'ailleurs cassé le mur. Le mur a été aménagé en conséquence. Bourguignon-sous-Montbavin est le village des frères Le Nain (peintres du XVIIème siècle), il est classé site historique.

Chêne vert LAON

Chêne vert

Il se trouve dans une propriété, mais est visible de la rue. Son tronc se divise en cinq à 1,60m du sol.

Peuplier noir LEHAUCOURT

Peuplier noir

L’arbre a probablement été planté en 1857 et actuellement il a une branche qui menace de tomber (celle-ci est maintenue à l’aide d’une corde). Pendant la 1ère Guerre Mondiale, il a reçu un éclat d'obus ; il servait également de repère sur les cartes d'Etat-Major de l'Armée (arbre repère dans le paysage). La rue adjacente dans laquelle il se trouve a été baptisée rue du Peuplier.

Marronnier commun LEVERGIES

Marronnier commun

Ils se trouvent sur la place du village et sont la fierté du village. Ils étaient déjà là avant la 1ère Guerre Mondiale (présents sur une carte postale).

Tilleul à petites feuilles HOMBLIERES

Tilleul à petites feuilles

L'allée de tilleuls a environ 140 ans et elle aboutit à la porte du château qui avait remplacé l’abbaye bénédictine. En effet, à l’époque napoléonienne, un château bourgeois remplaça l’abbaye disparue et le clos des moines se transforma en un beau parc arboré embelli par ses propriétaires successifs. Lorsque la Grande Guerre arrive, le château est occupé par les officiers des régiments allemands de passage et devient une kommandantur en 1917. En octobre 1918, au moment de leur retraite, les Allemands font sauter le château avec une mine à retardement. Il ne sera pas reconstruit.

Platane commun HOMBLIERES

Platane commun

Ce témoin historique a été planté vers 1770 dans la cour de la ferme attenante à l’abbaye bénédictine qui s’élevait en cet endroit. A l’époque napoléonienne, un château bourgeois remplaça l’abbaye disparue et le clos des moines se transforma en un beau parc arboré embelli par ses propriétaires successifs. Lorsque la Grande Guerre arrive, le château est occupé par les officiers des régiments allemands de passage et devient une kommandantur en 1917. En octobre 1918, au moment de leur retraite, les Allemands font sauter le château avec une mine à retardement. Il ne sera pas reconstruit.

Cyprès chauve SOISSONS

Cyprès chauve

Il aurait environ 120 ans et il se trouve dans une partie inaccessible au public. Les premiers cyprès chauves ont été introduits en Europe au milieu du XVIIème siècle. Le jardin de la société d'horticulture naît en 1865, le domaine est reconstitué (et remodelé par un architecte paysagiste, Eugène Denis) en 1897 où une large place est donnée aux arbres fruitiers. Le parc a été peu endommagé par la guerre de 1914-1918. Les travaux réalisés en 1968 maintiennent la tradition paysagère du XIXème siècle.

Séquoia géant SOISSONS

Séquoia géant

Le jardin de la société d'horticulture naît en 1865, le domaine est reconstitué (et remodelé par un architecte paysagiste, Eugène Denis) en 1897 où une large place est donnée aux arbres fruitiers. Le parc a été peu endommagé par la guerre de 1914-1918. Les travaux réalisés en 1968 maintiennent la tradition paysagère du XIXème siècle.

Plaqueminier SOISSONS

Plaqueminier

Il a été planté il y a 100 ans, c'est une essence originaire des régions chaudes d'Asie et qui produit des fruits comestibles nommés kakis. Le jardin de la société d'horticulture naît en 1865, le domaine est reconstitué (et remodelé par un architecte paysagiste, Eugène Denis) en 1897 où une large place est donnée aux arbres fruitiers. Le parc a été peu endommagé par la guerre de 1914-1918. Les travaux réalisés en 1968 maintiennent la tradition paysagère du XIXème siècle.

Chêne rouvre (dénommé « Chêne des trois fillettes ») SAINT-GOBAIN

Chêne rouvre (dénommé « Chêne des trois fillettes »)

Ce chêne rouvre, d'environ 250 ans, se situe sur le lieu-dit des fillettes, nom donné à trois menhirs qui aujourd'hui n'existent plus. A son pied, se trouve un panneau rappelant ses principales caractéristiques et relatant l'histoire de son nom.

Peuplier noir CHARLY-SUR-MARNE

Peuplier noir

Ce peuplier noir est situé sur l'exploitation agricole de la Ferme de la Genetre (section A 581) à 200 mètres au sud du corps de ferme et à 100 mètres du chemin rural dit des Louvresses à La Genetre.
Cet arbre d'une circonférence de plus de 6 mètres est au pied d'une source avec une petite mare. Il possède un tronc creux et une branche principale cassée.

person_img

CPIE des Pays de l'Aisne

Centre Permanent d'Initiatives pour l'Environnement 33 rue des Victimes de Comportet 02000 MERLIEUX-ET-FOUQUEROLLES
tel : 03 23 80 03 03

  • CONTACT

  • Nom
  • Email
  • Structure
  • Téléphone
  • Code Postal
  •